La note d’intention

A lire ici.

Informations pratiques

Où : Château de Condé-sur-Iton (27, Eure)
Quand : août 2021 (3 jours avec introduction et brunch le dimanche matin)
Qui : 200 à 300 places au total
Participation aux frais (PAF) :

  • 90€ place standard (PJ) ou 135€ tarif solidaire (débloque une place économique)
  • 70€ place coup de main (PNJ/PJA)
  • 45€ place économique (PJ) pour qui en a besoin

Réserver sa place

Les réservations ouvriront prochainement.

Suivez-nous sur Facebook

La page de l’événement

La page du GN

La page de l’association

Synopsis

​Norlande, Cycle 2. Tant de temps a passé depuis que les ronces, les lianes et les herbes ont pris le dessus. Les êtres pensants peinent encore à trouver leur place dans le cycle. L’idée d’un avenir où ils seraient supérieurs leur reste à la pliure des yeux, et glisse sur leurs joues maculées du sang de leurs semblables. Leurs regards se lèvent enfin, vers un signe annonciateur d’une mort à venir, et l’espoir les quitte. Seule reste l’envie de vivre le présent, au mépris de tout.

Depuis des temps immémoriaux, toutes les meutes sont égales devant la mort rouge. La dernière était il y a une quarantaine d’années, celle d’avant une dizaine… Même les Sachants ont avoué leur incompréhension devant ce cycle inexorable : la Lune devient Rouge dans le ciel, et un mois plus tard, un tiers des nôtres meurent. Humains, Élémentaux et autres Créatures, quel que soit leur âge, quel que soit leur troupeau, meurent subitement.

Nous, enfants de Hyennos, survivons face aux prédateurs, dévorons les proies, marchons dans l’air chaud et respirons dans les marécages infinis, mais Il finit toujours par nous rappeler que nous faisons partie du cycle naturel. Nous mourrons, nous nous décomposons. Hyennos nous rappelle que nous ne sommes rien face à l’harmonie du monde…

C’est sans doute la raison du faste et de la décadence de nos célébrations à l’Oasis. Fêter la vie, écouter les voix des morts qui nous parlent, les pleurer, continuer. Des centaines d’entre nous, suivant les traditions, scrutons l’horizon quelques semaines après la lune rouge pour trouver l’endroit qui s’assèche puis verdit. Quand il a été repéré, notre procession formera la période de paix la plus longue que la plupart d’entre nous aura connue : aucun acte violent n’est toléré, par personne, “jusqu’à ce qu’on boive l’eau de l’Oasis”. Une règle aussi ancienne que l’Histoire de nos meutes, qui donne lieu à des échanges sanglants à peine le rituel d’entrée dans l’Oasis effectué…

Jeux d’argents, spectacles, combats plus ou moins amicaux, tout le monde trouve sa façon de vivre ses probables derniers instants. Tout le monde sait qu’il ne reste qu’un jour ou deux avant la mort rouge. On règle ses affaires, on pardonne, on maudit, on vole ou on tue ceux et celles qui nous ont fait du tort, meutes contre meutes, luttes intestines ou troupeau contre troupeau, et parfois, par faiblesse, on s’excuse.

Et il y a ceux qui cherchent. Qui écoutent les légendes d’autrefois, qui espèrent pouvoir revenir à un temps meilleur, qui fouillent l’Oasis, qui évitent de penser à leur mort rouge. Peut-être savent-ils quelque chose que d’autres ignorent, peut-être ont-ils trouvé des secrets dans les arbres et les demeures de pierre qui ont grandi en une nuit, peut-être recourent-ils aux rites druidiques les plus sombres.

Peu importent leurs manigances et leurs rêves d’un temps révolu, il ne nous reste plus que quelques dizaines d’heures pour profiter d’être encore en vie, pour regarder la nature dans sa forme forestière la plus pure et… Tiens, ce draconien, là-bas, tient une bouteille qui m’a l’air bien bonne. S’il veut rester conscient, elle sera à moi dans quelques minutes.